Après avoir quitté le Cheylard l'Evêque, le Chemin Stevenson GR70 rejoint l'Allier à Luc puis longe la rivière qui sépare l'Ardèche de la Lozère jusque La Bastide-Puylaurent via Laveyrune, Pranlac, Rogleton et le Fraisse.

 

Sentier Stevenson Le Bouchet Saint Nicolas Haute-Loire

En Chemin avec Stevenson du Cheylard l'Evêque à Luc en Lozère

En Chemin avec Stevenson du Cheylard l'Evêque à Luc en Lozère"A parler franc, Cheylard ne méritait qu'à peine toute cette recherche. Quelques issues accidentées de village, sans rues définies, mais une suite de placettes où s'entassaient des bûches et des fagots, une couple de croix avec des inscriptions, une chapelle à Notre-Dame-de-toutes-Grâces au faîte d'une butte, tout cela sis au bord d'une rivière murmurante des montagnes, dans un renfoncement de vallée aride. Qu'est-ce que tu allais voir là ? pensai-je en moi-même. Mais la localité avait sa vie originale. J'y trouvai un écriteau commémorant les libéralités de Cheylard, au cours de l'année précédente, suspendu comme une bannière dans la minuscule et branlante église.

En Chemin avec Stevenson du Cheylard l'Evêque à Luc en LozèreIl apparaissait que, en 1877, les habitants avaient souscrit quarante-huit francs et dix centimes pour "l'oeuvre de la Propagation de la Foi". Un peu de cet argent, je ne pouvais m'empêcher de l'espérer, serait destiné à mon pays natal. Cheylard amasse péniblement des petits sous pour les âmes d'Edimbourg encore plongées dans les ténèbres, tandis que Balquhidder et Dumrossness déplorent que Rome les ignore. Ainsi, pour la plus grande jubilation des anges, nous lançons des Évangélistes l'un contre l'autre, semblables à des écoliers qui se chamaillent dans la neige.

L'auberge était encore singulièrement dépourvue de prétentions. Tout l'ameublement d'une famille de condition aisée se trouvait dans la cuisine: les lits, le berceau, les vêtements, l'égouttoir aux assiettes, la maie à farine et la photographie du desservant de la paroisse.

Il y avait là cinq enfants. L'un d'eux était occupé à ses prières du matin, au pied de l'escalier, peu après mon arrivée et un sixième naîtrait avant peu. Je fus aimablement accueilli par ces braves gens. Ils furent fort intéressés par mes mésaventures. Le bois dans lequel j'avais dormi leur appartenait.

L'homme de Fouzilhac leur semblait un monstre d'iniquité et ils me conseillèrent chaudement de lui intenter une action en justice "parce que vous auriez pu périr". La bonne feaune fut tout effrayée de me voir boire d'un coup une pinte de lait non écrémé. Vous pourriez vous faire mal, me dit-elle. Laissez-moi au moins vous le faire bouillir. Après avoir commencé ma matinée par cet exquis breuvage, comme elle avait à s'occuper d'une foule de choses, on me permit, que dis-je ? on me requit de me préparer moi-même un bol de chocolat.

En Chemin avec Stevenson du Cheylard l'Evêque à Luc en LozèreMes souliers et mes guêtres furent suspendus à sécher et, voyant que je m'efforçais d'écrire mon journal sur les genoux, la plus âgée des filles rabattit à mon usage une table à charnières dans un coin de la cheminée. C'est là que j'écrivis, bus mon chocolat et, finalement, mangeai une omelette avant que de partir. La table était recouverte d'une généreuse couche de poussière, car, m'expliqua- t-on, on ne s'en servait qu'en hiver. J'avais, en levant la tête, une vue nette jusqu'au ciel par l'ouverture, à travers les amas noirâtres de la suie et la fumée bleue. Et chaque fois qu'on jetait une poignée de brindilles sur le feu, mes jambes rôtissaient à la flamme.

Le mari avait débuté dans la vie comme muletier et lorsque j'en vins au chargement de Modestine, il se montra plein d'expérience prévoyante. "Vous devriez modifier ce paquetage, dit-il; il devrait être en deux parties et alors vous pourriez avoir double poids." Je lui expliquai que je ne désirais nullement augmenter le poids et que pour nul baudet jusqu'alors mis au monde, je ne voudrais couper en deux mon sac de couchage. Cela, pourtant, la fatigue, dit l'aubergiste, cela la fatigue fort pendant la marche. Regardez. Hélas! les deux jambes d'avant de Modestine n'avaient plus que chair à vif à l'intérieur et du sang lui coulait sous la queue.

On m'avait affirmé au moment du départ, et j'étais assez disposé à y croire, qu'avant peu de jours, j'en viendrais à aimer Modestine comme un chien.
Trois jours s'étaient écoulés, nous avions partagé quelques mésaventures et mon coeur était toujours aussi froid que glace à l'endroit de ma bête de somme. Elle était assez gentille à voir, mais aussi avait-elle donné preuve d'une foncière stupidité, rachetée, à dire vrai, par sa patience, mais aggravée par des accès de légèreté sentimentale déplacés et navrants. Et j'avoue que cette découverte constituait un autre grief contre elle. A quoi diable pouvait bien servir une ânesse, si elle ne pouvait porter un sac de couchage et de menus accessoires ?

Je vis le dénouement de la fable arriver rapidement lorsqu'il me faudrait porter Modestine. Ésope était un homme qui connaissait le monde. Je vous assure que je me suis remis en route, le coeur lourd de soucis, pour ma courte étape de la journée. Ce n'était pas seulement de graves pensées au sujet de Modestine qui m'accablèrent en chemin, c'était une affaire autrement pénible à supporter.

En premier lieu, le vent souffla avec une telle violence que je fus contraint de retenir d'une main le paquetage depuis Cheylard jusqu'à Luc. En second lieu, mon chemin traversait une des contrées les plus misérables du monde. C'était en quelque sorte en dessous même des Highlands d'Ecosse, en pire.

Froide, aride, ignoble, pauvre en bois, pauvre en bruyère, pauvre en vie. Une route et quelques clôtures rompaient l'immensité uniforme et le tracé de la route était jalonné par des bornes dressées afin de servir de repère en temps de neige." de "Voyage avec un âne dans les Cévennes" Acheter le livre Chemin Stevenson Le Cheylard l'Evêque Lozère

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.